Quelles sont les difficultés rencontrées par les investisseurs chinois en France ?

[:fr]Sans titre

 Sophie Zhou Goulvestre, juin 2016

En fait, à part quelques grands groupes habitués aux transitions Fusac à l’étranger et disposant des ressources internationales, le taux de réussite des investisseurs chinois en France est encore assez bas. Avec mes propres expériences dans ce domaine, j’ai observé quelques principales raisons du côtés des acteurs chinois (pour les acteurs français, ce sera un autre sujet) :  

1/ Connaissance limitée de l’environnement et de la procédure d’investissement en France sans aide locale appropriée : certains maitrisent mal les étapes clés,  leur ordre dans le processus, les documents nécessaires à produire pour clôturer chaque phase et le timing, surtout quand il y a une bonne affaire (par exemple, investir dans une entreprise saine mais dans une période de redressement judiciaire à cause de liquidité) ou une ressource rare à saisir, où le potentiel acheteur doit maîtriser bien la vitesse de la réaction du marché, la procédure et l’agenda juridiques en cours afin de saisir sa chance à temps, mais souvent un décideur chinois connait mal tout cela et prend sa décision trop tardivement;

2/ Manque d’expertise technique sur les opérations capitalistiques internationales et instabilité au niveau de suivi : on trouve régulièrement des entreprises primo-investisseurs ou des fonds d’investissement récemment créés voulant profiter de cette mode d’investissement en Europe, qui prennent déjà un temps non-négligeable pour traduire la documentation de base souvent écrite en anglais (y compris les documents juridiques) et cherchent à comprendre et valider le contenu, par conséquent, ce temps perdu ajoutant l’hésitation même une certaine peur légitime du débutant, fait perdre de bonnes opportunités. Par ailleurs, le fait d’avoir un engouement sur l’investissement à l’international mais encore trop peu de ressources expert sur le marché chinois, l’homme ou l’équipe clé d’un projet d’investissement en cours peut être chassé et partir, à tout moment, chez un concurrent;  

3/ Les procédures gouvernementales chinoises pour l’approbation et le contrôle de flux financiers vers l’étranger ne sont pas encore standardisés et stabilisés : les entreprises chinoises n’ont pas forcément une grande visibilité sur leur planning d’investissement, cela est dû au fait que la règlementation en la matière est régulièrement enrichie et ajustée (un de mes clients a dû subir un double passage dans la procédure d’approbation pour son virement vers la France à cause du mouvement de la lutte contre la corruption);    

4/ Certains investisseurs chinois pensent qu’il suffit d’avoir de l’argent pour que tout soit réglé facilement, ils tentent de garder leurs pratiques habituelles dans l’environnement des affaires français (chiffres peu précis, changement de dernière minute, volonté de contourner et raccourcir la procédure, présentation floue, opaque et non centrée sur l’essentiel, etc.), cela aboutit finalement à un échec pour des raisons techniques ou culturelles; 

5/  Peu de rigueur dans le choix de l’intermédiaire : l’intermédiaire en investissement, surtout celui qui est capable d’opérer des transactions financières (par exemple, banque d’investissement), est un métier très professionnel et hautement qualifié, il a besoin d’un numéro d’agrément délivré par ORIAS pour exécrer sa fonction. Confier ce rôle au « cousin du beau frère d’un ami », quelqu’un de ses propres réseaux, c’est peut-être plus rassurant aux yeux d’un chinois et aussi une manière de renvoyer l’ascenseur, mais si la personne en question n’est pas un vrai pro, même avec toute bonne volonté, elle ne sera pas efficace, pire encore, elle peut entreprendre des actes hors de loi sans savoir;

6/ L’attitude de « traverser la rivière en tâtant les pierres » et d’ « apprendre à nager en nageant », sans but précis à court terme :  il existe ces entreprises qui cherchent simplement connaître le marché et collecter des informations utiles pour préparer un objectif plus long terme (c’est un peu comme sur le marché immobilier, on peut rencontrer ce type de personne aimant visiter les appartements en vente sans jamais faire un achat réel). Peu d’entre eux profitent aussi des pratiques usuelles dans le métier (par exemple, l’intermédiaire ne touche sa rémunération que si la transaction est réalisée) pour obtenir d’informations et de services gratuits sans pour autant donner la suite.

Vous pouvez me contacter pour continuer notre échange si ce sujet est au coeur de vos préoccupations et vous souhaitez savoir plus sur ce thème.  

[:zh]

Sans titre

周琦,2016年6月

除了几家惯于国际操作并具海外资源的大公司,中国企业在法国的投资成功率其实并不高。总结自己在这方面的一些工作经验,中国方面主要观察到以下几个原因(法方的原因会在另篇文章中提起):

1)对在法投资的环境和程序不熟,也不具恰当的地方资源支持:对于环节,期间的顺序,每阶段需要的正式文件及时间进度上都掌握有限,特别是当遇到有价值的«便宜货»(比如因现金周转困难进入法律拯救程序但本质很好的公司)或抢手货,那就更需要了解法国当地市场的回应速度,法律流程细节和正确的时间表等,以掐对日期赢得交易,但中方决策层经常拖的太久耽搁了机会;

2)对海外投资在技术上还掌控不够甚至陌生,人才资源也不稳定:有不少头次出国寻找机会的中国企业和为赶上风口新近才成立的投资基金,连基本的英文材料(包括法律文件)也需花时间去翻译和研究,导致在各个阶段上都回馈不迅速或心存不必要的担心和害怕而错过了好项目。另外,由于国内海外投资市场劲爆却缺乏专家资源,结果时常会出现骨干员工在项目拓展期间独自或带队跳槽的现象;

3)国内对出境资金的审批和监控流程仍缺乏标准性和稳定性:由于相关政策根据国家政治和经济情况在不断地进行补充和调整,使得企业对自己的海外投资项目没有足够的可见度(有客户因为“反腐败“运动,本来已被准许的汇款需要重新进入新审批流程);

4)部分中国投资者以为有钱就可以不遵守法国的一些基本操作规则,有时用中国商场上的习惯与法国公司打交道(比如给出含糊不精准的报表,紧急改变计划,试图避开某些环节抄近路,公司业务介绍笼统不透明宣传性太强等),导致最后因技术和文化原因无法成交;

5)对中介的选择不严谨:投资中介,尤其是要参与交易的(比如投资银行),在法国是一个专业性极强的高学历行业,也需要有关监管部门发行的专业执照。虽然通过自己关系网找到“朋友姐夫的堂弟”来担任这个角色使您觉得更放心同时也给了个人情,但如果对方没有行内经验,即使再有诚意,也会效率很低,甚至无意间触犯法律;

6)带着“摸石子过河,走一步算一步,在市场上学学“的心情,目标性不强:某些公司只是想来了解市场,打探信息,并没有明确的短期投资目的(好比在房产市场上,我们也总会碰到这样几个到处参观却绝不下手的好奇之辈);也有个别的公司利用投资行业中的某些习惯性做法(比如中介只在事成后获取成功费),免费索取信息和服务,但不给下文。

如果以上讨论的内容正是您所关切的话题,您也希望了解更多在法投资的信息,请联系我继续交流。

[:]